Bien plus qu’un simple moyen de locomotion et équipement sportif, le vélo, qu’il s’agisse d’un vélo conventionnel ou vélo à assistance électrique, se révèle comme étant l’égérie de la mobilité écologique. S’en servir au quotidien constitue sans conteste un premier pas vers la lutte contre la dégradation de la planète. C’est un fait, les avantages du vélo comme moyen de transport sont indéniables et valent tout autant en zones urbaines qu’en zones rurales.

Les impacts environnementaux des véhicules motorisés

Concrètement, le secteur des transports est aujourd’hui considéré comme le plus gros contributeur des émissions de dioxyde de carbone (CO2), l’un des principaux gaz responsables de l’effet de serre de la planète à part le méthane. En France, statistiquement parlant, ce secteur est responsable d’un tiers des émissions nationales de gaz à effet de serre dont la grande majorité est imputée aux transports routiers. A ce rythme-là, les émissions mondiales du secteur des transports pourraient doubler, voire tripler d’ici 2050 selon certaines sources. Sont notamment considérés comme les moyens de transport les plus polluants que le monde n’ait jamais connus la voiture, l’avion et le bateau. Le déplacement est donc la principale source d’émission de gaz à effet serre au même titre que les usines fabriquant de véhicules et carburants, l’entretien et la construction des routes, etc. Or, les conséquences que peuvent avoir ces moyens de transport motorisés sur la planète peuvent être colossales. En plus de favoriser la pollution atmosphérique, ils impactent également les espaces naturels, ravagent les écosystèmes aériens et marins, et beaucoup d’autres. Si vous souhaitez donc contribuer à la préservation de la planète, vous n’aurez qu’à choisir un vélo comme le vélo bh.

Le vélo : un premier pas vers une mobilité durable

Au vu de ces statistiques, les véhicules non motorisés semblent être la solution par excellence pour anticiper la destruction de l’environnement. Qui plus est, ces modes de transports ne fonctionnent qu’avec la force de la nature et du corps humain, ce qui permet de minimiser davantage les émissions. Ils permettent aussi de se déplacer de manière discrète et responsable. Parmi eux, il y a le vélo qui se révèle aujourd’hui comme étant le moyen de locomotion le plus « vert » qui soit. Au-delà de ses bienfaits en termes de santé, il permet de lutter efficacement contre le réchauffement climatique et la pollution. Ses impacts environnementaux se limitent uniquement aux caoutchoucs de ses pneus et ses freins, aux huiles utilisées pour ses pièces mécaniques, les matières premières ainsi que l’énergie utilisée pour sa fabrication, les moteurs et batteries pour les vélos électriques, etc. Donc, si vous avez un vtt électrique ou d’autres types de vélo chez vous, il n’est pas encore trop tard de le dépoussiérer pour vous en servir au quotidien. De cette manière, vous faites déjà le premier pas vers une mobilité durable. Si vous n’en avez pas, c’est sûrement le moment où jamais d’en acquérir un ou de vous tourner vers le système de vélos en libre-service (VLS). Bref, faire du vélo, c’est agir sur l’environnement.

Privilégier le vélo pour lutter contre le réchauffement climatique

Afin d’empêcher que la température moyenne à la surface du monde ne dépasse le seuil critique de 2 degrés centigrades d’ici 2050, il convient de réduire de 40 % les émissions du gaz à effet de serre selon les experts. À défaut d’y parvenir, on risque d’assister à des conséquences dévastatrices inhérentes au réchauffement climatique comme l’élévation du niveau des océans, la dégradation des écosystèmes et biodiversités, la fonte des glaces et du permafrost, les sècheresses, les maladies, les évènements climatiques extrêmes, et beaucoup d’autres encore.

Compte tenu des émissions de gaz à effet de serre liées aux transports qui sont de plus en plus considérables, la réduction du trafic automobile est devenue l’un des leviers permettant de minimiser ces émissions. Pour y parvenir, il ne faut plus hésiter à transférer une partie des déplacements en voitures vers les transports en commun, et mieux encore, vers les mobilités actives comme la marche et le vélo. Privilégier le vélo permet de réduire considérablement la consommation d’énergies fossiles ainsi que la pollution atmosphérique qui est inhérente. Et comme on n’effectue que des petits trajets quotidiennement (moins de 3 km), on peut délaisser aisément les voitures pour se déplacer en vélo de ville. Plus on fait des efforts pour vaincre la dépendance à tout véhicule motorisé, plus les centres-villes seront désengorgés du trafic automobile et moins seront les émissions de gaz à effet de serre.

Le vélo : un moyen de transport à la fois silencieux et peu encombrant

En termes de respect de l’environnement, le vélo présente d’autres avantages non-négligeables. Comparé aux avions, aux voitures, aux bateaux et ainsi que d’autres moyens de transport motorisés, le vélo ne génère aucune nuisance sonore. Qui plus est, il est très peu encombrant, donc ne consomme que très peu d’espace public. Le vélo peut trouver facilement sa place dans un garage ou dans une entrée. Il est en mesure de se faufiler partout, même dans les embouteillages. Miser sur la mobilité à vélo, c’est toujours arriver à temps à destination. En stationnement, un cycliste consomme beaucoup moins d’espace qu’un automobiliste, soit 1 m² pour une bicyclette contre 10 m² pour une voiture. C’est pourquoi le vélo est particulièrement avantageux en milieu urbain comme en milieu rural.

La mobilité à vélo comme catalyseur de changement

Depuis son apparition jusqu’à aujourd’hui, le vélo n’a jamais laissé de trace derrière elle. Par ailleurs, se mettre au vélo c’est comme un retour aux sources. Bien sûr, de nombreuses personnes gardent encore un très bon souvenir lié à leur toute première expérience à bicyclette. Du coup, il n’est pas encore trop tard de revivre cette expérience-là. On peut aussi miser sur ce moyen de transport vert comme support pour diffuser des valeurs indispensables, tant d’un point de vue environnemental que dans l’appréciation du moment présent. Le vélo est le moyen par excellence de rendre plus agréable une ville, d’embellir davantage la nature tout en limitant au maximum les pollutions de l’atmosphère. Bref, avec le vélo, il est possible de s’affranchir d’une majeure partie de l’impact écologique lié à l’utilisation des énergies fossiles. Il suffit d’avoir plus de volonté. Pour les déplacements urbains, la bicyclette se révèle être le meilleur substitut à la voiture. Par exemple, pour un trajet qui fait moins de 2 km, le mieux est de préférer le vélo à la voiture. En revanche, pour de longs trajets, il est possible de combiner transports en commun et mobilité à vélo. La question n’est donc pas d’évincer les voitures, mais de trouver le juste équilibre permettant à chacun de vivre dans de meilleures conditions environnementales. Alors, pour le plus grand bien de la planète, il est grand de profiter pleinement des bienfaits découlant de la mobilité à vélo. Pour trouver le meilleur vélo qui vous convient, il suffit de visiter le magasin spécialisé en vente de vélos près de chez vous.